Cerith Wyn Evans illumine la Fondation Pirelli HangarBicocca

La Fondation Pirelli HangarBicocca de Milan présente « …the Illuminating Gas » de Cerith Wyn Evans

«On pourrait dire que j’ai été présenté comme un réalisateur expérimental. Je voulais m’exprimer à travers un cinéma anti-narratif ; un cinéma construit sur l’observation des images plutôt que sur le récit d’histoires. J’étais fasciné par les modalités du cinéma et aussi pour sa relation avec le texte ».

Cerith Wyn Evans
Composition for 37 Flutes (in two parts), 2018, 37 flûtes de cristal, système de respiration et valves, tubes de plastique, 477x355x300cm, Courtesy White Cube © Laetitia Florescu 

Cerith Wyn Evans (né en 1958 à Llanelli au Royaume-Uni) est un artiste conceptuel, cinéaste et sculpteur. Ses sculptures et installations sonores et visuelles sont axées sur le langage et la perception. 

« …the Illuminating Gas » présentée à la Fondation Pirelli HangarBicocca de Milan est la plus grande exposition jamais organisée de l’artiste britannique. Conçue comme une composition harmonieuse de lumière et de son, l’exposition présente une sélection de 24 œuvres parmi lesquelles des sculptures historiques, des installations monumentales et de nouvelles productions qui offrent aux visiteurs une expérience synesthésique unique.

Depuis les années 1990 et ses débuts en tant que réalisateur, Cerith Wyn Evans réalise des sculptures, des interventions in situ et performatives qui sont caractérisées par l’utilisation d’éléments matériels éphémères comme la lumière et le son et par l’importance de la dimension temporelle dans la réalisation de son œuvre. 

StarStarStar/Steer (totransversephoton), 2019, Vue de l’expo à la Fondazione Pirelli HangarBiccoca, Milano, 2020. © Laetitia Florescu

L’exposition offre un paysage lumineux et sonore dans lequel les œuvres se développent selon une chorégraphie qui alterne des rythmes différents, avec des accélérations et des moments de suspension. Le parcours commence avec les sept colonnes lumineuses (StarStarStar / Steer (totransversephoton), 2019, qui s’élèvent jusqu’au plafond et continue avec treize sculptures faites en néon de la série Neon Forms (after Noh) ( 2015-2019).

Neon Forms (after Noh), 2015, Vue de l’exposition de la Fondation Pirelli HangarBiccoca, Milano, 2020. © Laetitia Florescu

De part leur élégance et leur équilibre formel, les travaux de Cerith Wyn Evans sont le résultat d’une complexité de références et citations littéraires, musicales, philosophiques, photographiques, poétiques mais également historiques, astronomiques et scientifiques. Ces références sont déclinées dans des formes nouvelles à travers un processus articulé de montage. Cette opération se produit à travers des textes qui décontextualisés sont traduits dans un langage lumineux, par exemple, sous la forme de texte en néon, de feux d’artifices ou de pulsation de lumière. L’artiste transpose également l’imaginaire d’artistes historiques comme Marcel Duchamp ou le répertoire du théâtre japonais Noh, comme dans la série Neon Forms (after Noh) (2015-2019).

Neon Forms (after Noh), 2015, Néon blanc, Vue de l’expo de la Fondazione Pirelli HangarBiccoca, Milano, 2020. © Laetitia Florescu

Une nouvelle configuration de Forms in Space… by Light (in Time) (2017), originellement conçue pour les Duveen Galleries de la Tate Britain de Londres est présentée plus loin. Cette œuvre est composée de plusieurs kilomètres de tubes néon suspendus au plafond où s’alternent des formes circulaires et des formes droites, des formes abstraites ou encore des formes plus reconnaissables qui reproduisent dans l’espace des dessins tridimensionnels. Cette œuvre est le pivot central de l’exposition autour duquel les autres œuvres gravitent comme dans une constellation. A l’intérieur de cette pièce majeure, il est possible de voir la formule de la structure de la molécule de LSD synthétisée par le chimiste suisse Albert Hofmann (1906-2008). 

Forms in Space …by Light(in Time), 2017, Vue de l’expo de la Fondazione Pirelli HangarBiccoca, Milano, 2020. © Laetitia Florescu

D’autres œuvres historiques qui avaient été présentées en d’autres lieux sont exposées pour l’occasion à La Fondation Pirelli. Par exemple, le grand «mobile polyphonique»  datant  de 2010. Cette oeuvre a été réalisée avec 16 disques acoustiques qui transmettent des montages sonores réalisés par l’artiste avec des reprises de morceaux composés par Throbbing Gristle, un groupe de musique industrielle des années 1970.

C=O=N=S=T=E=L=L=A=T=I=O=N (I call your image to mind), 2010, 3 mobiles, 16 caisses acoustiques Holosonic avec miroirs, audio, dimensions variables. Vue de l’expo à la Fondation Pirelli HangarBiccoca, Milano 2020. © Laetitia Florescu

Comme l’explique Cerith Wyn Evans: « Il y a beaucoup d’interprétations possible de mon travail. L’aspect essentiel est que mon point de vue n’est pas le seul. Mon travail est surtout un espace de méditation, un lieu où l’on doit s’abandonner à la contemplation de la transmission d’énergie. Je pense que nous n’avons pas les moyens adéquats pour définir la notion de vivre une phase révolutionnaire de l’informatique. Nous n’avons pas non plus les moyens de comprendre réellement les échanges d’énergie qui traversent la Terre, sauf exception de notre imagination sur les mondes parallèles. J’ai essayé de créer un espace dans lequel les personnes puissent cohabiter au moins en partie avec ces éléments ».

Cerith Wyn Evans a été exposé dans de nombreux musées dont le Museo Tamayo de Mexico en 2018, la Tate Britain de Londres et le Museum Haus Konstruktiv de Zurich en 2017. Ses travaux ont été présentés dans de nombreuses expositions collectives comme la 57eme Biennale de Venise et la Documenta 11 de Kassel. En 2018, il a reçu le Hepworth Prize for Sculpture.

L’exposition est à voir jusqu’au 23 février 2020.

* * *

Cerith Wyn Evans – “….the Illuminating Gas”
Fondazione Pirelli HangarBiccoca
Milan
www.pirellihangarbicocca.org

Toute reproduction interdite
© http://www.arteez.ch 2020