Claudia Comte expose chez Joy de Rouvre

L’artiste suisse Claudia Comte expose ses lapins rose poudré à la galerie Joy de Rouvre de Genève en partenariat avec la galerie König de Berlin

Claudia Comte,The Italian Bunnies, ceramic, 2019, various size. Photo crédit © Gunnar Meier 

Rencontre avec l’artiste suisse Claudia Comte à la galerie Joy de Rouvre, en plein montage de l’exposition qu’elle vernira ce jeudi 16 mai 2019, lors du vernissage commun du Quartier des Bains.

En partenariat avec la galerie König de Berlin, dans le cadre des invitations de galeries étrangères par le Quartier des Bains, la galerie Joy de Rouvre confie à Claudia Comte les murs de sa galerie, installée dans le quartier des bains depuis 2017.

C’est en toute simplicité que Claudia Comte nous reçoit, santiags aux pieds et chapeau en feutre et plume sur la tête, pour nous parler de cette première collaboration avec la galerie Joy de Rouvre.

Cette rencontre, entre Claudia Comte et Joy de Rouvre, semblait être une évidence. La galerie développe depuis 2014 une programmation spécifiquement consacrée à la peinture murale et à la sérigraphie. Alors que l’artiste, d’origine vaudoise, consacre une partie de son travail artistique aux peintures murales monumentales, comme cette installation dans un désert de Palm Spring en 2017.

Claudia Comte, Curves and Corners, Desert X, Palm Springs, USA (2017)
Crédit photo © Lance Gerber

La création artistique de Claudia Comte associe architecture, design, dessin, peinture, sculpture, nature et culture populaire à travers lesquels elle explore des formes universelles aux motifs évoluant dans l’espace. Elle exploite des matériaux naturels tels que le bois et la pierre qu’elle sélectionne elle-même soigneusement dans la nature et qu’elle associe ensuite à des logiciels de 3D, qui traduisent des formes organiques en nouvelles expériences visuelles. 

Claudia Comte, 10 Rooms, 40 Walls, 1059 m2, Kunstmuseum Luzern, Switzerland (2017)
Crédit photo © Gunnar Meier

Pour cette exposition à Genève, Claudia Comte propose une installation intitulée Bunnies and ZigZag, avec un nouveau travail de sculpture associé à une peinture murale monochromatique noir parcourant tous les murs de la galerie.

Claudia Comte, The Italian Bunnies, ceramic, 2019, various size. 
Crédit photo © Gunnar Meier 

L’œuvre exposée comprend sept nouvelles sculptures issues de la série des Italian Bunnies, initiée en 2016. Née d’un dessin très intuitif, la forme a été pensée avant d’être conceptualisée et intitulée Bunnies.  

Les sculptures originales ont été tronçonnées dans des bois provenant de forêts de Grancy, sa ville natale. Ils conservent les marques et les inflexions d’un travail fait main. Son travail à la tronçonneuse, rude et d’aspect brut, lui prenant environ un jour de travail, lie son travail à ses intérêts pour l’écologie forestière et la biodiversité. Le plus dur vient ensuite : le travail du ponçage, auquel elle consacre souvent plus de sept jours afin de donner à ses sculptures la forme désirée et des apparences variées aux caractères bien distincts. Les sculptures de Claudia Comte sont finalement extrêmement polies, leur brillance et leur douceur contrastent avec leurs humbles origines, telle une dualité complémentaire.

Par un travail de scan en 3D, l’artiste capture la forme exacte des bunnies en bois afin de pouvoir les reproduire dans d’autres matériaux, sans aucune interprétation possible. Ici, l’artiste travaille pour une des toutes premières fois avec la céramique qu’elle recouvre d’émail rose poudré, autres ressources naturelles qu’elle souhaitait exploiter dans son œuvre. 

Claudia Comte les baptise avec les prénoms de grands maîtres de la Renaissance : Leonardo, Guido, Michelangelo, Donatello, Pietro, Guido et Properzia (il fallait bien une femme artiste !) ; un clin d’œil à la sincérité de l’histoire de l’art. Elle donne ainsi vit à ses sculptures figées.

Claudia Comte, I have Grown Taller from Standing with Trees, Copenhagen Contemporary, Copenhagen, Denmark (2019). Crédit photo © Roman März

Pour cette installation, l’artiste a placé les céramiques devant un paysage horizontal monochromatique composé de lignes en zig zag – motif récurant dans son œuvre qui n’a de limites que la forme induite par le support. Le mur est composé de sections répétées en miroir révélant les angles des pièces. La forme des sculptures s’inscrit alors dans la composition murale allant au-delà du simple jeu d’ombres. Claudia Comte évoque une connexion manifeste entre le 2D et la 3D, un jeu de va-et-vient entre la peinture géométrique et la sculpture abstraite, une approche ludique de l’anthropomorphisme. 

Claudia Comte, WOOOW, Biennale Gherdeina VI, Ortisei, Italy 2018
Crédit photo © Gunnar Meier
Portrait de Claudia Comte. Crédit photo © Roman März

Claudia ComteBunnies & ZigZag
Galerie Joy de Rouvre, en partenariat avec König Galerie, Berlin.
Vernissage le 16 mai 2019 à 18h
Exposition du 17 mai au 29 juin 2019

Toute reproduction interdite
© www.arteez.ch 2019