« Dancing with myself » à La Punta della Dogana de Venise

À Venise, la collection d’art moderne et contemporain de François Pinault est en constant dialogue avec l’extraordinaire patrimoine culturel de la ville, avec le travail des artistes et des curateurs, mais aussi avec le monde de l’art international.

Depuis début avril 2018, le Palazzo Grassi et La Punta Della Dogana accueille l’exposition collective intitulée « Dancing with Myself ». Cette exposition a été présentée il y a deux ans au Museum Folkwang de Essen en Allemagne. À l’occasion de cette nouvelle présentation, La Punta della Dogana expose 60 œuvres supplémentaires qui proviennent de la collection privée de François Pinault.

L’exposition met en avant l’artiste en tant qu’acteur et matériau de sa propre oeuvre depuis les années 1970 à nos jours. À travers divers médiums comme la photographie, la vidéo, la peinture, la sculpture et les installations, l’exposition propose des portraits d’attitudes très différentes qui oscillent entre la mélancolie de la vanité et le jeu ironique des identités, entre le corps comme sculpture, effigie ou fragment et sa substitution symbolique.

L’autoportrait de Claude Cahun (née Lucy Schwob) montre comment l’identité peut être fabriquée et mise en scène. À travers ses œuvres, l’artiste joue avec son apparence, sa tenue vestimentaire, ses cheveux, son maquillage pour créer un troisième genre : le neutre.

Cahun_Autoportrait.jpgClaude Cajun, Autoportrait, 1929, Gelatin-silver print, 42 x 34 cm, Pinault Collection

Quatre thématiques ont été dévelopées par les commissaires d’exposition Martin Bethenod et Florian Ebner. Les quatre volets Mélancolie, Jeux d’Identité, Autobiographies politiques, Matière Première proposent un parcours fluide à travers 145 œuvres. Les œuvres de la collection Pinault, dont plus de 80 n’ont jamais été exposées à Venise, dialoguent avec une sélection d’œuvres de la collection du Museum Folkwang. Au total, 32 artistes sont présentés dans ce parcours dont Marcel Bascoulard, Marcel Broodthaers, Damien Hirst et Giulio Paolini, qui rejoignent les artistes déjà présents à Essen en 2016.

Giulio Paolini est un artiste italien dont l’œuvre a souvent été rattachée au mouvement de l’Arte Povera alors que ses réflexions l’inscrivent davantage dans la sphère de l’art conceptuel. Dans l’oeuvre intitulée Delfo (II), il se met en scène dans une grande tunique blanche devant une de ses œuvres datant de 1965. Cet escalier blanc a pour perspective un point infini. Il axe ses réflexions sur le pouvoir des images qui, à l’aide de la citation et de la photographie, deviennent la base de sa recherche tournant autour de l’identité de l’art et de ses raisons d’être.

Paolini_DelfoII.jpgGiulio Paolini, Delfo (II), 1968, Photograph on emulsion canvas, 180 × 95 cm,
Pinault Collection

L’exposition présente également les autoportraits de Rudolf Stingel, les œuvres emblématiques des débuts de Gilbert & George, les sculptures d’Alighiero Boetti et d’Urs Fischer. Le visiteur pourra également retrouver les œuvres de Maurizio Catalan toujours marquées par un grand sens de l’humour et de la provocation. Enfin, sont exposées les œuvres de LaToya Ruby Frazier, Paulo Nazareth, Adel Abdessemed et Lili Reynaud-Dewar qui sont imprégnées de critiques sociales et politiques.

Stingel_Untitled_Alpino.jpgRudolf Stingel, Untitled (Alpino, 1976), 2006, oil on canvas, 335.9 x 326.4 cm, Pinault Collection, Photo by Stefan Altenburger, Courtesy the artist

Fischer_1.jpgUrs Fischer, Untitled, 2011, Paraffin wax mixture, pigment, steel, wicks, 136,8 x 117,7 x 191,3 cm, Pinault Collection, Installation view: “Skinny Sunrise,” Kunstalle Wien, Vienna, 2012 © Urs Fischer. Courtesy of the artist and Sadie Coles HQ, London. Photo: Stefan Altenburger

Avec un autoportrait de cire Untitled, Urs Fischer représente le temps qui passe, la disparition de l’artiste et la dégradation physique de tout être vivant. Cette sculpture est la plus simple expression de la vanitas – genre artistique communément abordé depuis l’antiquité, représentant la mort, le passage du temps et la vacuité des passions humaines.

Fischer_3.jpgUrs Fischer, Untitled, 2011, Paraffin wax mixture, pigment, steel, wicks, 136,8 x 117,7 x 191,3 cm, Pinault Collection, Installation view: “Madame Fisscher,” Palazzo Grassi, Venice, Italy: 4/15/12 – 7/15/12 © Urs Fischer. Courtesy of the artist and Sadie Coles HQ, London. Photo: Fulvio Orsenigo

Le visiteur pourra aussi retrouver les photographies de Cindy Sherman qui joue avec la notion de l’autoportrait. En se photographiant selon des apparences différentes, elle révèle son intérêt pour les moyens plastiques de la mise en scène, du déguisement et des accessoires, qui lui permettent d’endosser différents stéréotypes de personnages féminins. Par ce biais, elle affronte les représentations des rôles traditionnels de la femme dans la société contemporaine et refuse toute catégorisation par une identité, ce qui resurgit dans le titre Untitled de cette série de photographies.

OLYMPUS DIGITAL CAMERACindy Sherman, Untitled #578, 2016, dye sublimation metal print, 128.3 x 121.9 cm, Pinault Collection, Courtesy of the artist and Metro Pictures, New York

Des événements d’approfondissement sont organisés autour de l’exposition dont la rencontre avec les artistes Gilbert & George et la projection de leur film The World of Gilbert & George ainsi que la présentation de la première édition italienne du pamphlet de Claude Cahun Les Paris sont ouverts.

L’exposition est organisée en collaboration avec le Museum Folkwang de Essen et se tiendra jusqu’au 16 décembre 2018.

Palazzo Grazzi
Punta Della Dogana
Pinault Collection
“Dancing with myself”
Venise, Italie
Du 8 avril au 16 décembre 2018

Toute reproduction interdite
© www.arteez.ch 2018