De l’abstraction géométrique chez Gowen Contemporary

Un savant mélange d’oeuvres historiques et contemporaines ont été sélectionnées pour la nouvelle exposition présentée chez Gowen Contemporary

Rien n’est plus concret, plus réel qu’une ligne, qu’une couleur, qu’une surface.

Theo Van Doesburg (1883-1931)

Sous l’intitulé « That’s the Way It Is. Digressions on Geometric Abstraction » , la nouvelle exposition de la galerie genevoise Gowen Contemporary rassemble une vingtaine d’oeuvres abstraites géométriques.

La sélection qui comprend des peintures, des sculptures et autres oeuvres sur papier datant de 1961 à 2020, présente un rapide tour d’horizon de ce langage visuel géométrique qui a su évoluer et se réinventer au fil des décennies.

Pour débuter ce parcours, le visiteur pourra admirer l’approche « concrète » de Max Bill (Suisse, 1908 – Allemagne, 1994), le « graphisme constructif » de l’artiste Anton Stankowski (1906 – 1998) et jouer avec le mouvement crée par les oeuvres à la géométrie simple de Klaus Staudt (1932*).

Oeuvre de Klaus Staudt. Exposition That’s the Way It Is. Digressions on Geometric Abstraction, Gowen Contemporary, Genève 2020. Photo: Julien Gremaud

Poursuivons ces développements avec l’iconographie abstraite de Peter Halley (1953*). L’artiste américain est considéré comme une figure centrale de la scène artistique new-yorkaise néo-conceptuelle, également appelée “Néo-Géo” dans les années 80. Ses oeuvres font référence à l’organisation architecturale et sociale de nos sociétés postmodernes.

Vue de l’Exposition That’s the Way It Is. Digressions on Geometric Abstraction, Gowen Contemporary, Genève 2020.
A droite: Peter Halley, Nothing Personal, 1997.
Acrylique, acrylique métallique, acrylique nacrée et Roll-a-Tex sur toile, 224 x 137 cm.
A gauche: Nathalie Du Pasquier, Big City, 2019, huile sur toile, 150 x 150 cm Courtesy Pace Gallery
Photo: Julien Gremaud

Parmi les pièces plus récentes exposées, nous retrouvons l’artiste pakistanais Waseem Ahmed (1976*). La galerie avait présenté un solo show de Ahmed en 2019. (Lire à ce sujet: « Phase Transitions chez Gowen Contemporary » ). Dans ses dernières oeuvres, l’artiste s’est enrichi de nouvelles références et de représentations abstraites géométriques.

Oeuvre au premier plan de Waseem Ahmed. Exposition That’s the Way It Is. Digressions on Geometric Abstraction, Gowen Contemporary, Genève 2020. Photo: Julien Gremaud

A noter enfin les préoccupations formelles de l’artiste française Nathalie Du Pasquier (1957*) qui dialoguent avec les oeuvres de Athene Galiciadis (1978*). Cette artiste polyvalente travaille à la frontière entre l’art et le design, entre la peinture et la sculpture. Elle questionne les concepts de la perspective sur différents supports, tels que la toile, le tissu ou encore la céramique.

Oeuvres de Athene Galiciadis. Exposition That’s the Way It Is. Digressions on Geometric Abstraction,
Gowen Contemporary, Genève 2020. Photo: Julien Gremaud

* * *

That’s the Way It Is. Digressions on Geometric Abstraction
Gowen Contemporary, Genève
Du 16 octobre 2020 au 30 janvier 2021
www.gowencontemporary.com

Toute reproduction interdite
© http://www.arteez.ch 2020