La collection de Christoph Blocher chez Gianadda

La collection d’art suisse de Christoph Blocher est actuellement exposée à la Fondation Gianadda de Martigny

La collection

Christoph Blocher s’est offert dans les années 70 ses premiers croquis, dessins au crayon et au fusain d’Albert Anker (1831-1910), payés chacun quelques centaines de francs[1]. Suite à des promotions au sein d’EMS Chemie, il rachète l’entreprise et la transforme en une multinationale de la chimie avec 3000 salariés. Il consacre une partie de la fortune ainsi amassée à la constitution d’une collection d’art suisse du XIXe siècle, jugée « digne d’intérêt » par des historiens de l’art et des experts[2]. Cent vingt-six de ses toiles sont présentées au public de la Fondation Pierre Gianadda.

L’exposition

Matthias Frehner, le commissaire de l’exposition, a regroupé les tableaux par auteurs sur les murs de la Fondation. Le parcours commence avec la première version de La diligence du Gothard (1873) de Rudolf Koller (1853-1918) et les Grands sapins (n.d.) d’Alexandre Calame (1810-1864). Après quelques toiles d’artistes moins célèbres, un angle est réservé à cinq paysages de la région lucernoise à la fois réalistes et idéalisés de Robert Zünd (1827-1909).   

Robert ZÜND (1826-1909). Lac des Quatre Cantons avec vue sur la
chaïne de Vitznau, non daté. Huile sur toile, 85 x 113
Collection Christoph Blocher © Photo SIK-ISEA, Zurich (Philippe Hitz)

Quarante-six toiles de Ferdinand Hodler (1853-1918) complètent l’exposition. Huit d’entre elles représentent le Lac Léman depuis différents points de vue, notamment Chexbres. D’autres de ses paysages attestent des séjours de l’artiste en Engadine, en 1907, dans l’Oberland bernois l’année suivante et en Valais. Il y peint les sommets et les lacs les plus célèbres de ces régions : L’Eiger, Le Mönch et la Jungfrau, le Lac de Thoune, celui de Silvaplana et les Dents du Midi.

Ferdinand HODLER (1853 – 1918) – Le lac Léman vu de Chexbres, vers 1904
Huile sur toile, 81 x 100, Collection Christoph Blocher © Photo SIK-ISEA, Zurich (Philippe Hitz)
Ferdinand HODLER (1853 –1918). L’Eiger, le Mönch et la Jungrfrau au-dessus
de la mer de brouillard, 1908. Huile sur toile, 69 x 93. Collection Christoph Blocher © Photo SIK-ISEA, Zurich (Philippe Hitz)

Deux dessins et une huile sur toile de Giovanni Segantini (1858-1899) figurent dans l’exposition. À Pusiano, entre les deux bras méridionaux du lac de Côme, l’artiste dessine des scènes rurales qui décrivent les travaux quotidiens des bergers et des paysans, notamment La tonte des moutons (1886-1888). La version à l’huile de 1883-1884 qui précède le dessin appartient à une collection privée japonaise. En 1886, Segantini s’installe à Savognin, avant de déménager à Maloja, en Haute Engadine. Durant ce séjour, il peint au moyen d’une technique divisionniste le Repos à l’ombre (1892) d’une femme étendue dans son jardin potager parallèlement à sa houe. 

Giovanni SEGANTINI (1858 – 1899). Repos à l’ombre, 1892. Huile sur toile, 45 x 68. Collection Christoph Blocher © Photo SIK-ISEA, Zurich (Philippe Hitz)

Six huiles de Giovanni Giacometti (1868-1933) et deux de Cuno Amiet (1868-1961) (avec qui Blocher a toujours « eu du mal ») sont aussi exposées[3]. Bien qu’Ernest Biéler soit surtout célèbre pour ses portraits de paysans valaisans son Pèlerin d’Einsiedeln (1911) et trois tableaux de Félix Vallotton (1865-1925) achèvent la visite. 

Albert Anker 

La collection de Blocher rassemble surtout des intérieurs, des scènes de genre et des paysages d’Anker. Mais, ce qui fascine surtout l’ancien conseiller fédéral ce sont les portraits d’enfants et de vieillards, déjà remarqués et vénérés par Vincent Van Gogh (1853-1890)[4]. Les natures mortes d’Anker révèlent son admiration pour Jean Siméon Chardin (1699-1779). Comme cet artiste, grâce à sa maîtrise de la technique picturale, le peintre d’Anet parvient admirablement à rendre la texture des aliments qui les composent : pommes de terre, pain et noix des paysans, limités à des denrées plus rustiques et locales que celles, raffinées et coûteuses, des bourgeois, comme le cognac, les biscuits et les madeleines. 

Albert ANKER (1831- 1910) – Ecole en promenade, 1872
Huile sur toile, 90 x 149, Collection Christoph Blocher
© Photo SIK-ISEA, Zurich (Philippe Hitz)
Albert ANKER, La petite Amie, 1862, Huile sur toile, 64.5 x 46.5 Collection
Christoph Blocher © Photo SIK-ISEA, Zurich (Philippe Hitz)
Albert ANKER (1831 – 1910) – Nature morte : thé et madeleines avec service à thé, 1873
Huile sur toile, 33 x 48 Collection Christoph Blocher © Photo SIK-ISEA, Zurich (Philippe Hitz)

L’exposition a lieu à la Fondation Pierre Gianadda du 6 décembre 2019 au 14 juin 2020.

Chefs-d’œuvre suisses – Collection Christoph Blocher
Fondation Pierre Gianadda, Martigny
www.gianadda.ch


[1] Christoph Blocher, « Interview de Christoph Blocher à propos de ses tableaux », dans Frehner Matthias (commissaire de l’exposition), Chefs-d’œuvre suisses : collection Christoph Blocher, cat. exp. Martigny, Fondation Pierre Gianadda, 2019, p. 18. [2] Ibidem, p. 19. [3] Ibidem, p. 24. [4] Ibidem, p. 21 et 25.

Toute reproduction interdite
© http://www.arteez.ch 2019