Le parcours mouvementé de la Collection Staechelin

La Fondation Beyeler célèbre le retour des tableaux de la Collection Staechelin à Bâle

Après avoir été exposées au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía à Madrid et à la Phillips Collection de Washington D.C., les œuvres impressionnistes, post-impressionnistes et d’art moderne de la collection de Rudolf Staechelin sont de retour à la Fondation Beyeler de Bâle.

Collection Staechelin – Retour sur un parcours mouvementé

Rudolf Staechelin (1881–1946) a fait fortune dans l’immobilier. Il a constitué sa collection d’art dans la première moitié du 20e siècle. En 1931, il décide de transférer ses oeuvres dans une fondation familiale.

C’est en 1946 que le collectionneur dépose ses tableaux en prêt au Kunstmuseum de Bâle. Le musée se voit ainsi enrichit de tableaux de Cézanne, Renoir, Monet, Pissaro et Picasso. 

En 1967, la famille Staechelin souhaite vendre deux toiles de Picasso, Deux frères et Arlequin assis. Pour ne pas « perdre » ces toiles, les Bâlois décident de les acheter par une votation populaire. Une souscription publique a donc permis de récolter 2,4 millions de francs suisses pour que les œuvres restent au Kunstmuseum. Flatté par cette reconnaissance, Picasso a décidé d’offrir quatre œuvres supplémentaires à l’institution Bâloise.

Les années 1997 à 2002 sont un autre épisode marquant du parcours de la collection. Cette dernière est transférée à Forth Worth au Texas en guise de protestation contre le durcissement de la législation suisse sur les fondations. Le Conseil fédéral avait, en effet, signé la convention Unidroit sur le commerce illégal des biens culturels. Cette convention laissait craindre une éventuelle saisie en Suisse de certaines toiles. Malgré ces craintes, la collection était revenue à Bâle.

Le changement majeur se fait en 2015, lorsque Ruedi Staechelin, petit-fils du collectionneur, décide de retirer ses tableaux du Kunstmuseum. C’est également à cette pérdiode que le collectionneur confirme la vente d’une toile de Paul Gauguin, Nafea Faa Ipoipo (« Quand te maries-tu ? », 1892). La toile aurait été achetée par l’émirat du Qatar pour un montant record de 300 millions de dollars.

L’année dernière, Ruedi Staechelin qui était en quête d’un nouveau lieu d’exposition en Suisse, trouve un accord avec la Fondation Beyeler pour prêter les 19 oeuvres de cette remarquable collection.

Le retour de ces oeuvres à la Fondation Beyeler est l’occasion de les présenter dans une exposition séparée jusqu’au 29 octobre 2019. Ces oeuvres seront ensuite intégrées aux expositions régulièrement remaniées des collections de la Fondation. Elles pourront également être prêtées à d’autres musées en Suisse et à l’étranger. De nouvelles occasions à venir pour admirer ces tableaux.

ÉDOUARD MANET, TÊTE DE FEMME, 1870
Huile sur toile
56.5 x 46.5 cm
Rudolf Staechelin Collection
Photo: Robert Bayer
PAUL GAUGUIN, PAYSAGE AU TOIT ROUGE, 1885
Huile sur toile
81.5 x 66 cm
Rudolf Staechelin Collection  
Photo: Robert Bayer
VINCENT VAN GOGH, LE JARDIN DE DAUBIGNY, 1890 
Huile sur toile
56 x 101.5 cm
Rudolf Staechelin Collection
Photo: Robert Bayer
FERDINAND HODLER, LE MONT-BLANC AUX NUAGES ROSES, 1918
Huile sur toile
60 x 85 cm
Rudolf Staechelin Collection
Photo: Robert Bayer

Collection Rudolf Staechelin
Fondation Beyeler, Bâle
www.fondationbeyeler.ch

Toute reproduction interdite
© www.arteez.ch 2019