Latifa Echakhch au Pavillon suisse

Poète de l’absence, l’artiste d’origine franco-marocaine a, depuis de nombreuses années, acquis une notoriété internationale sur la scène de l’art contemporain

« The Concert ». Photo: Annick Wetter

Un parcours sans faute

Latifa Echakhch est née en 1974 à El Khnansa (Maroc). Elle vit et travaille à Fully en Valais (Suisse). Après avoir étudié à l’École Supérieure d’Art de Grenoble (DNSEP en 1997), l’artiste d’origine marocaine a suivi les cours de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (DNSEP en 1999). Elle a ensuite effectué un post-diplôme à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon (2001-2002). À travers ses installations interdisciplinaires, l’artiste est reconnue pour l’équilibre de son langage visuel, insérant des éléments surréalistes et conceptuels. Elle mêle dans ses oeuvres des éléments politiques et poétiques.

En 2007, Latifa Echakhch a présenté une exposition solo intitulée À chaque stencil une révolution au Magasin de Grenoble. Cette installation consistait en une pièce tapissée de feuilles de papier carbone aspergées d’alcool à brûler. Les coulures des pigments qui s’écoulaient au sol rappelant la peinture abstraite américaine, donnaient l’impression de revendications disparues.

Latifa Echakhch, À chaque stencil une révolution, 2007
MACBA Collection. MACBA Consortium. © Latifa Echakhch, 2022.

Lauréate du prix Marcel Duchamp 2013, Latifa Echakhch a séduit le jury par sa manière d’investir l’espace. Suite à ce prix, l’artiste a investit l’Espace 315 du Centre Pompidou où elle a présenté une installation inédite qui questionne les notions d’envers du décor, de décorum et de trace. L’artiste s’est attachée à bâtir une scène dramatique. Elle a transformé l’espace en un paysage dense et onirique. Comme l’a indiqué Alfred Pacquement, alors directeur du Centre Pompidou et président du jury: «Son œuvre entre surréalisme et conceptualisme questionne avec économie et précision l’importance des symboles et traduit la fragilité du modernisme.»

Latifa Echakhch porte son attention sur les questions d’identité individuelle et culturelle, sur les histoires personnelles et collectives et sur les changements sociopolitiques qui posent de nouveaux défis à notre société. En 2015, elle a présenté Screen Shot au Museum Haus Konstruktiv de Zurich, et a reçu le Zurich Art Prize. Les questions de migration et de drames humanitaires ont joué un rôle majeur dans la conception de Screen Shot. Pour cette oeuvre, l’artiste a disposé des paravents comme un labyrinthe. Ces derniers étaient surmontés de vêtements immergés dans l’encre. Ces derniers rappellent les vêtements mouillés qui ont été perdus en cavale. Ils laissent derrière eux de minces ruisseaux de couleur sombre sur les paravents.

Latifa Echakhch, Screenshot 2015, Art Basel 2017, kamel mennour, kaufmann repetto, Dvir Gallery
Installation, Wood, aluminum frames, canvas, tack clothes, India ink, 173 x 300 x 2.5 (cm). Courtesy of the artist and the galleries

Les travaux de l’artiste ont été exposés dans le monde entier à l’occasion de nombreuses expositions solo : Kunsthaus Zurich, Centre Pompidou à Paris, Nouveau musée national de Monaco, Fondazione Memmo à Rome, KIOSK à Gand, macLYON a Lyon, Hammer Museum à Los Angeles, Portikus à Francfort, Columbus Museum of Art à Ohio, MACBA à Barcelona, FRI ART à Fribourg, Frac Champagne-Ardenne à Reims, Swiss Institute à New York, Tate Modern à Londres, Le Magasin à Grenoble, ainsi que dans le cadre d’expositions de groupe.

Ils ont également été présentés à la Biennale d’Istanbul, la 54e Biennale de Venise, la 11e Biennale de Sharjah, la Biennale Art Focus de Jérusalem ainsi que Manifesta 7 à Bolzane.

A noter que Latifa Echakhch vient de terminer deux expositions personnelles chez kamel mennour à Paris et à la Pace Gallery de Londres. La Dvir Gallery (Tel Aviv, Bruxelles) et la Galerie Eva Presenhuber (Zurich, New York) font également partie de ses représentants.

Latifa Echakhch, Wind Wall Icon, 2020, triptych; metallic pigment, red, black paint, concrete, fiber and vinyl on canvas, 200 cm x 450 cm, Courtesy of the artist © Latifa Echakhch

« The Concert » au Pavillon suisse de la Biennale de Venise

« Je suis l’artiste du Pavillon suisse d’accord mais je suis surtout la commissaire de la mémoire que le public en aura« .

Latifa Echakhch

Pour le Pavillon suisse, Latifa Echakhch a recréé des scènes inspirées par l’art et les coutumes populaires qui mettent en lumière le cycle de la vie de manière aussi stratifiée que complexe. Le projet « The Concert » a été conçu et réalisé par l’artiste en collaboration avec le percussionniste et compositeur genevois Alexandre Babel et le curateur italien Francesco Stocchi. Le trio a souhaité offrir aux visiteurs du Pavillon suisse, une expérience rythmée d’effets visuels, spatiaux et sonores.

Vue de l’exposition « Le Concert », Pavillon Suisse, Biennale de Venise 2022. Photo: Samuele Cherubini

Comme l’explique Philippe Bischof, directeur de la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, lors de l’inauguration du Pavillon suisse: « Un concert est le contraire d’être en conflit car le concert est toujours une collaboration. Il est le résultat du respect, de la sensibilité et de la curiosité envers l’autre. Un concert signifie construire ensemble, chercher un équilibre entre différentes energies, personnalités et langage. Le concert révèle une dimension hautement sociale et politique de l’art. »

L’exposition joue sur les harmonies et les dissonances, les émotions contradictoires de l’espoir, de la plénitude et de la disparition. Les sculptures font partie d’une expérience orchestrée et englobante, une proposition rythmique et spatiale qui permet au public d’accéder à une perception plus complète du temps et de leurs propres corps.

Vue de l’exposition « Le Concert », Pavillon Suisse, Biennale de Venise 2022. Photo: Samuele Cherubini

Pour ce faire, l’artiste utilise le feu qui représente à la fois le début et la fin. Elle évoque des feux rituels inhérents à de nombreuses cultures : par exemple, les poupées de paillert4 incendiées à l’occasion des feux de la Saint-Jean pour conjurer les démons et les maladies durant la période du solstice ou à la fin du mois de juin. Ou encore, en Suisse, l’immolation du «Böögg» sur la Sechseläutenplatz de Zürich pour marquer la fin de l’hiver.

Les sculptures qui remplissent l’espace sont progressivement enveloppées par l’obscurité croissante. La plupart des matériaux utilisés pour l’exposition sont eux-même partie intégrante de la notion de transformation, puisque recyclés de biennales précédentes.

Comme l’explique Latifa Echakhch: « J’ai choisi de prendre cet espace et d’aller dans un territoire encore plus étranger avec une langue étrangère, avec une histoire qui m’était étrangère, avec des codes et des frontières que je ne connaissais pas. Le nouveau territoire que j’ai choisi de prendre est celui de la musique. Quand j’ai commencé, l’art m’a ouvert les yeux sur le monde. Quand j’ai découvert le son, cela m’a amené encore plus loin. Fermer les yeux m’a permis de me tourner vers le soi intérieur. »

Vue de l’exposition « Le Concert », Pavillon Suisse, Biennale de Venise 2022. Photo: Samuele Cherubini

« Nous souhaitons que les visiteuses et visiteurs quittent l’exposition avec la sensation d’avoir assisté à un concert. Que ce rythme, ces fragments de mémoire résonnent encore »

Latifa Echakhch.
Latifa Echakhch au centre. Curateurs : Alexandre Babel et Francesco Stocchi

Les contributions suisses aux Biennales de Venise

La Suisse participe à l’exposition internationale d’art depuis 1920, et à l’exposition internationale d’architecture depuis 1991. Son pavillon est situé dans les «Giardini publici», le parc de la Biennale de Venise. Depuis 2012, Pro Helvetia est responsable du Pavillon suisse. Deux des jurys désignés par Pro Helvetia recommandent les nominations pour les contributions suisses aux Biennales d’art et d’architecture à Venise. Propriété de la Confédération suisse, Le Pavillon suisse de Venise a été construit en 1951/52 par l’architecte suisse Bruno Giacometti.

Toutes les informations sur :
www.biennale.org
www.prohelvetia.ch

Toute reproduction interdite
© http://www.arteez.ch 2022