Monet, précurseur de l’abstraction américaine

L’exposition Nymphéas – L’abstraction américaine et le dernier Monet vient de s’achever au Musée de l’Orangerie à Paris. Retour sur une exposition qui rend hommage au peintre impressionniste qui a inspiré toute une génération d’artistes.

IMG_4610.jpgJoan Mitchell, The Good-bye door, 1980, Polyptique, Huile sur toile, dépôt au Musée National d’art moderne / Centre de création industrielle, achat 1980, AM 1980-528 © Arteez 2018

Le musée Monet à l’Orangerie est inauguré en mai 1927 avec ses 22 panneaux de Nymphéas. Pour le critique d’art Lionello Venturi, il s’agit de “la plus grave erreur artistique commise par Monet”. Pour Clive Bell, ces Nymphéas sont “des diagrammes polychromes d’une affligeante monotonie”. C’est André Masson, réfugié à New York pendant la guerre, qui sortira les panneaux de Monet de l’oubli en qualifiant les Nymphéas de l’Orangerie de “Sixtine de l’impressionnisme”.

IMG_4560.jpgVue de l’exposition permanente du Musée de L’Orangerie, Panneau de Nymphéas, Musée de L’Orangerie, Paris, © Arteez 2018

Dès 1948, Clement Grenberg fait mention des affinités de certains artistes américains tels que Pollock ou Mark Tobey pour les travaux de Monet qui a instauré des compositions décentrées, “polyphoniques” et all-over (surfaces recouvertes d’éléments identiques et répétitifs).

IMG_4701.jpgJackson Pollock, Untitled, vers 1949, Tissus, papier, carton, peinture email et peinture aluminium sur panneau, Fondation Beyeler, Bâle, © Arteez 2018

IMG_4705.jpgMark Rothko, No. 22, 1948, Huile sur toile, National Gallery of Art, Washington, don de The Mark Rothko Foundation © Arteez 2018

IMG_4719.jpgMark Tobey, White Journey, 1956, Peinture à la colle sur papier sur panneau, Fondation Beyeler, Bâle, Beyeler Collection © Arteez 2018

L’année 1952 marque la réouverture des salles endommagées par un obus pendant la Libération de Paris.

En 1955, le Museum of Modern Art de New York fait l’acquisition d’un grand panneau de Nymphéas. Pour Alfred Barr, “ce sentiment de spontanéité et de vitalité des surfaces, allié à la distance prise par rapport à l’esthétique cézannienne-cubiste de la structure calculée, a beaucoup contribué à réactiver la réputation de Monet et à lui valoir l’admiration grandissante des jeunes peintres abstraits généralement qualifiés d'”expressionnistes abstraits”.

IMG_4707.jpgClaude Monet, Le Pont japonais, 1918, Huile sur toile, Paris, Musée Marmottan-Monet, legs Michel Monet, 1966 © Arteez 2018

IMG_4735.jpgClaude Monet, Le Pont japonais, 1918-1924, Huile sur toile, Paris, Musée Marmottan-Monet, legs Michel Monet, 1966 © Arteez 2018

C’est en 1955 que Greenberg décrit l’influence des Nymphéas de Monet dans son grand essai sur la peinture américaine moderne. Monet est ainsi qualifié de précurseur stylistique de toute une génération de peintres américains.

En 1956, le critique Louis Finkelstein invente le terme d’« impressionnisme abstrait » dans son article New-Look : Abstract-Impressionnism, afin de désigner ce courant   intéressé par le dernier Monet et incarné par Philipp Guston, Joan Mitchell, Sam Francis, Jean-Paul Riopelle.

C’est sur ce moment précis de la rencontre entre la redécouverte des grandes décorations du maître de Giverny et la consécration de l’Ecole abstraite new-yorkaise que l’exposition du musée de l’Orangerie a été imaginée. L’exposition a ainsi présenté une sélection de toiles tardives de Monet et une vingtaine de tableaux d’artistes américains. Cette exposition a également été l’occasion de marquer le centenaire des Nymphéas.

 

IMG_4738.jpgSam Francis, Round the World, 1958-1958, Huile sur toile, Fondation Beyeler, Bâle, Beyeler Collection © Arteez 2018

IMG_4699.jpgWillem de Kooning, Villa Borghese, 1960, Huile sur toile, Guggenheim Bilbao Museao © Arteez 2018

IMG_4729.jpgJoan Mitchell, Untitled, 1967, Huile sur toile, New york, Joan Mitchell Foundation © Arteez 2018

IMG_4717.jpgHelen Frankenthaler, Riverhead, 1963, Acrylique sur toile, New York, Helen Frankenthaler Foundation © Arteez 2018

Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet

Musée de l’Orangerie
Jardins des Tuileries, Paris

Toute reproduction interdite
© www.arteez.ch 2018