Manguin, le “peintre voluptueux”

La Fondation de l’Hermitage de Lausanne présente une grande exposition consacrée au peintre Henri Manguin. Cette exposition retrace les premières années du parcours artistique de cet amoureux de la couleur, surnommé le « peintre voluptueux » par Apollinaire.

L’exposition intitulée « Manguin, la volupté de la couleur » met l’accent sur sa période fauve. C’est à l’Ecole des arts décoratifs, en 1882, que Manguin fait la connaissance d’Albert Marquet et d’Henri Matisse. Ils entrent à l’Ecole des beaux-arts en novembre 1894, dans l’atelier de Gustave Moreau. Ils forment alors un groupe de jeunes peintres qui, avec André Derain et Maurice de Vlaminck, seront baptisés « fauves » au Salon d’automne de 1905.

Les fauves ont une préoccupation essentielle: l’étude de la couleur pure. La couleur leur sert de nouveau moyen d’expression. Offrant de somptueuses harmonies chromatiques, les toiles de cette époque témoignent d’un talent et d’une inventivité rares.

Fidèle à l’expression d’une sensualité heureuse, Manguin a pour sujets de prédilection les nus, les paysages méditerranéens, les scènes de la vie de famille ou encore les natures mortes.

L’exposition qui compte une centaine de peintures, d’aquarelles et de dessins s’ouvre avec une première partie consacrée à la formation du peintre qui, très tôt, se distingue dans l’organisation colorée de ses compositions.

La période fauve est ensuite à l’honneur avec des œuvres réalisées à Saint-Tropez, dont les couleurs intenses reflètent l’éblouissement méditerranéen. Ces tableaux flamboyants, représentant essentiellement des nus et des paysages, traduisent l’exaltation de Manguin et son épanouissement artistique au sein de cette nature.

Un ensemble de dessins et d’aquarelles illustre sa pratique précoce de ces techniques, décisives dans la recherche d’équilibre de la composition et de la libération de la couleur à l’aube du XXe siècle. Les années de guerre passées en Suisse sont également évoquées, montrant l’évolution de son art à l’abri des évènements tragiques qui frappent l’Europe.

A l’occasion de cette exposition, la Fondation de l’Hermitage présente également des œuvres de Félix Vallotton, Suzanne Valadon et Albert Marquet, issues de ses collections et qui entrent en résonance avec le travail de Manguin.

L’exposition est à voir jusqu’au 28 octobre 2018.

MANGUIN_Sieste.jpgHenri Manguin, La sieste ou Le rocking chair, Jeanne, 1905, huile sur toile, 89 x 117 cm
Hahnloser/Jaeggli Stiftung, Kunstmuseum Bern, photo Reto Pedrini, Zurich © 2018, ProLitteris, Zurich

MANGUIN_Aloe__s_a___Cassis.jpgHenri Manguin, Les aloès à Cassis, 1913, huile sur toile, 93 x 73 cm, collection privée, Berne, photo Prolith AG © 2018, ProLitteris, Zurich

MANGUIN_Nature_morte_aux_faisans_bleus.jpgHenri Manguin, Nature morte aux faisans bleus, 1909, huile sur toile, 116 x 89 cm
, collection privée, Berne, 
photo Prolith AG © 2018, ProLitteris, Zurich

MANGUIN_Lausanne_sous_la_neige.jpgHenri Manguin, Lausanne sous la neige, 1916, huile sur toile, 51 x 61 cm, collection privée, photo Joachim Marx © 2018, ProLitteris, Zurich

 

MANGUIN – La volupté de la couleur
Fondation de l’Hermitage, Lausanne
du 22 Juin AU 28 Octobre 2018

Toute reproduction interdite
© www.arteez.ch 2018