Monochromes revisités à la Jean-Paul Najar Foundation

La Jean-Paul Najar Foundation de Dubai présente l’exposition « The Monochrome Revisited » qui emmène le visiteur dans un voyage à travers l’histoire du monochrome et son utilisation contemporaine

Le monochrome en peinture est une oeuvre réalisée à partir d’une couleur dont la nuance peut changer tout comme les effets de textures, de brillance ou de matière. C’est une forme d’art qui défie et réinvente la perception.

L’exposition « The Monochrome Revisited » présente des publications rares présentant les plus anciens exemples documentés de monochromes, un ensemble de peintures monochromes des années 1970, sélectionnées dans la collection de la Fondation Jean-Paul Najar ainsi que des œuvres contemporaines provenant de diverses collections.

L’histoire du monochrome

Le «premier» monochrome documenté peut être trouvé dans une publication du philosophe et physicien Robert Fludd du XVIIe siècle. Dans The Metaphysical, Physical and Technical History of the Two World, The Major as well and the Minor, qui a été publié pour la première fois en 1617, Fludd a illustré d’un simple carré noir l' »Univers » avant la « Création ». En marge des quatre cotés du carré était inscrit: « and like this to infinity… ».

En 1759, le romancier Laurence Sterne, se lamentant sur la mort de son ami Parson Yorick, recouvre entièrement de noir une des pages de son roman The life and Opinions of Tristam Shandy, Gentleman.

En 1883, l’écrivain et humoriste Alphonse Allais expose au Salon des Arts Incohérents, un rectangle blanc qu’il intitule Première communion de jeunes filles chlorotiques par temps de neige et l’année suivante un monochrome rouge intitulé Cardinaux apoplectiques au bord de la mer Rouge. Allais s’était inspiré d’un tableau totalement noir de son ami poète Paul Bilhaud intitulé Combats de Nègres dans un Tunnel qui avait été exposé en 1882 dans ce même Salon.

C’est aussi cette oeuvre de 1882 qui aurait insipiré, trente ans plus tard, le peintre Kasimir Malevich pour son oeuvre Carré noir sur fond blanc de 1915. Cette oeuvre est considérée comme le premier monochrome de la peinture contemporaine et est également le plus célèbre monochrome de l’histoire de l’art. En 2015, une polémique a débuté à la State Tretyakov Gallery de Moscow. Des historiens d’art ont découvert une note manuscrite sur les marges blanches de la toile indiquant « A battle of Negros… ». Cette inscription, partiellement déchiffrée à ce jour, serait une référence directe à l’oeuvre de Bilhaud de 1882.

Le monochrome dans les années 1970

L’exposition revient sur les notes de l’essai de Marcia Hafif, Beginning Again. En septembre 1978, cet essai est publié dans la revue Artforum. Ce document décrit comment Hafif et ses contemporains ont utilisé la matérialité de la peinture comme sujet de leur travail pour exprimer leurs principes artistiques et philosophiques.

​“It was necessary to turn inward to the means of art, the materials and techniques with which art is made. Artists still interested in painting began an analysis – or deconstruction – of painting, turning to the basic question of what painting is.” 

Marcia Hafif, ‘Beginning Again’, Artforum, 1978

Parmi les artistes de la collection de la Fondation Jean-Paul Najar qui ont expérimenté le monochrome, le visiteur pourra admirer les oeuvres de Marcia Hafif, Douglas Sanderson, James Bishop, Susanna Tanger, Dale Henry ou encore Ralph Humphrey.

Vue des oeuvres de Marcia Hafif et James Bishop présentées dans l’exposition « The Monochrome Revisited », Jean-Paul Najar Foundation, Dubai, 2019 © Jean-Paul Najar Foundation
Vue des oeuvres de Susanna Tanger présentées dans l’exposition « The Monochrome Revisited », Jean-Paul Najar Foundation, Dubai, 2019 © Jean-Paul Najar Foundation
Vue des oeuvres de Ralph Humphrey et de Douglas Sanderson, présentées dans l’exposition « The Monochrome Revisited », Jean-Paul Najar Foundation, Dubai, 2019 © Jean-Paul Najar Foundation

Le monochrome chez les artistes contemporains

Avec un tel passé, quelle est la place du monochrome dans les œuvres d’artistes contemporains? Comme nous le montre cette exposition, les artistes contemporains continuent de s’intéresser au monochrome. L’exposition présente ainsi une diversité d’artistes actuels tels que Miya Ando, David Batchelor, Alteronce Gumby, Alfredo Jaar, Mohammad Kazem ou encore Hassan Sharif.

Vue de l’oeuvre de Hassan Sharif, Cadmium Yellow No. 2, Wood, coir, papier-mâché, wire and acrylic, 2014, présentée dans l’exposition « The Monochrome Revisited », Jean-Paul Najar Foundation, Dubai, 2019
Vue des oeuvres de Mohammed Kazem et Miya And présentées dans l’exposition « Monochrome Revisited », Jean-Paul Najar Foundation, Dubai, 2019
Vue des oeuvres de Alfredo Jaar et Alteronce Gumby présentées dans l’exposition « The Monochrome Revisited », Jean-Paul Najar Foundation, Dubai, 2019 © Jean-Paul Najar Foundation

L’exposition comprend enfin des photographies, des lettres, des vidéos et des transcriptions d’interviews d’artistes invités provenant des archives de la fondation. Elle est à voir jusqu’au 28 février 2019.

Quelques mots sur la Jean-Paul Najar Foundation

La Jean-Paul Najar Foundation est un musée privé présentant l’art abstrait européen et américain des années 1960 à aujourd’hui. Imaginé par l’architecte Mario Jossa, l’espace se situe au coeur du quartier des arts de Dubai – Al Quoz. Elle présente trois expositions par année.

Jean-Paul Najar Foundation
« The Monochrome Revisited »

45 Alserkal Avenue | Street 17 | Al Quoz | Dubai | UAE
Jusqu’au 28 février 2019

Toute reproduction interdite
© www.arteez.ch 2019