NO’PHOTO 2021

Le 8ème art est à l’honneur à Genève pour la nouvelle édition de la Biennale de la photographie : NO’PHOTO

Depuis le 25 septembre 2021, Genève accueille sa 3ème édition de la Biennale de la Photographie NO’PHOTO. Une édition qui met en lumière plus de 80 photographes genevois-e-s et d’ailleurs qui traitent à travers leurs objectifs de thèmes d’actualité comme le changement climatique, le handicap ou la relation entre l’homme et l’animal.

Pour Sami Kanaan, Conseiller administratif en charge du département de la culture et de la transition numérique, cette nouvelle édition est « une fenêtre genevoise, festive et rassembleuse, qui reflète toute la richesse de son patrimoine photographique et le talent de ses artistes ». Elle permet de « susciter la créativité, favoriser les échanges, confronter les regards en prise avec les enjeux contemporains et partager ses découvertes ».

Les expositions, situées dans divers lieux de la ville, intra-muros ou dans l’espace public, invitent les visiteurs à réfléchir et être le témoin des changements actuels.

Les conséquences du changement climatique

Un des thèmes qui revient sous différentes formes cette année est la fonte des glaciers. On le retrouve avec la projection de différents photographes curatée par Photoagora.ch à la Maison communale de Plainpalais. Photoagora.ch est une plateforme en ligne dédiée aux photographes, acteurs et actrices suisses de la photographie dont les œuvres sont essentiellement réalisées en Suisse.

Stéphanie Buret, À la recherche du Paradis Blanc presque perdu, 2017 © Stéphanie Buret

Tonatiuh Ambrosetti, Stéphanie Buret, Douglas Mandry, Jacques Pugin, Hansruedi Rohrer et Ester Vonplon sont les six photographes qui ont été sélectionnés pour nous présenter six approches artistiques différentes sur cette problématique.

Avec le projet Glaciers Offset, Jacques Pugin nous explique que son travail est représentation. Une représentation à la fois nostalgique et mélancolique car elle désigne un monde en voie de disparition. Le photographe filme les glaciers puis en extrait une série d’images uniques qui vont se superposer pour en créer d’autres et arriver à une esthétique irréelle.

Sur le meme thème, ne pas manquer l’exposition « Mythologies alpestres » aux Ports Francs de Genève. Elle retrace le travail du photographe Eddy Mottaz et du journaliste Christian Lecomte sur le glacier du Rhône. Les deux reporters ont été saisis par l’ampleur du recul du glacier et par le sentiment de fragilité dégagé par ces masses de glace qui semblaient éternelles. Ils ont également ressenti la puissance de ces sommets et la trace laissée dans l’imaginaire collectif.

A noter que l’exposition est à voir jusqu’au 29 octobre 2021.

Eddy Mottaz, Galerie du Glacier du Rhône, 2019 © Eddy Mottaz / Le Temps

Animalités

Changement de décor dans le bâtiment d’ARCOOP à Carouge, avec des clichés qui nous mettent face à l’ambiguïté que l’on entretient dans nos rapports avec les animaux. 

Les animaux représentés ici appartiennent à toutes sortes d’espèces. Il peut s’agir aussi d’êtres réels, fantasmés, métaphoriques voire même artificiels. Ils sont familiers, irritants, rassurants ou inquiétants. L’homme les protège, les chasse, les pêche, les élève, les dresse ou souvent malheureusement les ignore. L’exposition ne propose pas une réponse aux questions que posent les rapports de l’homme aux autres animaux mais invite à la réflexion et éventuellement contribue à l’élaboration de sa propre opinion.

Ricardo Cases. Paloma-al aire 2010-2011. Animalités. Exposition Arcoop. NO’PHOTO 2021 © Ricardo Cases

La notion de territoires

Magali Girardin, Mark Henley, Nicolas Righetti, David Wagnières et Olivier Vogelsang livrent leur regard sur la vaste question du territoire.

L’exposition Territoires initie une réflexion sur les différents espaces dans lesquels évoluent les bénéficiaires de notre institution : Comment trouve-t-on sa place à Genève quand on est bénéficiaire de l’Hospice général ? Comment transforme-t-on un espace en territoire ? Car c’est bien cela dont il est question : le territoire comme lieu d’intégration et d’insertion, un endroit que l’on fait sien.

Olivier Vogelsang, Genève, 2017. Accueil des migrants à Genève par l’Hospice Général. Foyer du Bois-de-Bay. Jeux. © Olivier Vogelsang

NO’PHOTO
La Biennale de la Photographie
Genève
Du 25 septembre au 10 octobre 2021
www.ville-ge.ch

Toute reproduction interdite
© www.arteez.ch 2021