Poésie végétale avec l’artiste Victoire Cathalan

Victoire Cathalan évoque la nature sous toutes ses formes et nous transporte dans un univers imaginaire où le visiteur devient contemplatif. La nature est à la fois luxuriante, poétique, mystérieuse et sensible. L’artiste s’intéresse à la relation entre l’Homme et la Nature. Elle est absorbée par la matière et intègre un aspect tridimensionnel à ses toiles. Passionnée et enthousiaste, elle est toujours dans la recherche, son oeuvre est en permanente évolution.

Diplômée des Arts-Décoratifs de Strasbourg en France et des Beaux-Arts de Valence en Espagne, elle se dirige vers le dessin et la peinture. L’artiste commence toujours son travail au crayon. “Au début, je ne faisais que dessiner. J’ai mis du temps à passer à la couleur. La couleur, ce sont des compositions. C’est pour donner plus de force”.

Victoire Cathalan commence la peinture avec un déclic. “J’ai photographié des façades d’immeubles à Paris. L’une d’elle m’a rappelé les peintures abstraites de Mondrian. J’ai commencé une série de compositions abstraites où s’est insérée peu à peu la figuration, car je m’intéressais à ce qui se passait dans chaque fenêtre. Comme si l’identité venait progressivement. Chaque fenêtre avait sa vie propre.”

Snow-Lotus1.jpgVictoire Cathalan, Snow Lotus, 2016, huile sur toile, 200×130 © Victoire Cathalan

Victoire Cathalan, huiles sur toile © Victoire Cathalan

Victoire Cathalan fait la part belle à la nature. “On s’exprime déjà tellement en tant qu’humain. C’est comme si je voulais donner la parole à quelque chose qui n’en a pas.” Elle trouve son inspiration dans des courants artistiques comme le Symbolisme et le Naturalisme mais surtout dans le monde végétal, l’architecture urbaine et les reflets de l’eau. “J’ai un rapport important avec l’eau. J’ai commencé à travailler sur les reflets. Ils représentent un lien avec ce que j’ai appris sur la nature et sur l’architecture.”

Brazil.jpgVictoire Cathalan, Brazil, huile sur toile © Victoire Cathalan

L’artiste travaille à partir de plusieurs photos ou de croquis pris en extérieur puis rapportés à son atelier. Ces éléments ont un temps de maturation avant qu’elle ne les utilise. Elle fabrique ses propres couleurs et travaille essentiellement à l’huile. “Je respecte les techniques anciennes de la peinture : les premières couches sont très sèches et plus je mets de l’huile, plus c’est liquide. De ce fait, je peins essentiellement à plat.”

Toujours dans un souci de traduire la matière de chaque élément, la peintre exprime les connections existant entre la peau humaine et l’écorce des arbres. Elle nous parle de ” la peau de l’arbre”.

Dans une série plus intime, « Rebirth » réalisée en 2015, elle utilise l’huile et la fait dialoguer avec des peaux (cuirs) qu’elle tend sur châssis et dans lesquelles elle gauffre des oxymores, soit 2 mots contraires qui donnent un sens nouveau du fait de leur association.

La peau révèle la douceur, le cocon, la mère, mais aussi la souffrance, les tatouages et même certaines scarifications. Ainsi les diptyques huile et peau prennent des noms tels que “Candide Charnelle”, “Pure Trash”, etc…  “Avec cette série, j’avais besoin de me retrouver en tant qu’humain. Ce sont des oeuvres particulières. Il y a une ligne fragile entre l’érotisme et la douceur. Ce qui m’intéressait dans ce travail, c’était la matière elle-même, le lien entre la peinture et la peau.” Dans cette série qui a été exposée à Art Genève, l’artiste cherche à transmettre les sensations dans l’abstraction.

Victoire Cathalan, Pure Trash, 2015 © Victoire Cathalan

Pour ses oeuvres sur papier, l’artiste utilise l’encre de Chine. “J’utilise l’encre plutôt que l’aquarelle car elle me permet d’avoir de vrais contrastes. C’est une matière avec des déchets. C’est plus minéral”. Dans ses encres, on retrouve l’élément liquide. L’artiste évoque l’idée de connexion, de communication, de reconstruction, de liens qui existent entre l’espace, l’eau et l’humain. Elle a créé, par exemple, un ensemble de quatre encres aux noms évocateurs : Origine, Songe, Constellation et Eclat: “Ce sont quatre états d’esprit. Cet ensemble évoque aussi le besoin de se recentrer”. Ce travail est à la fois plus conceptuel et plus ludique. Il intègre des créatures aquatiques imaginaires et des méduses qui, avec leurs tentacules, semblent incarner ces liens. On ressent comme une vibration à travers tous ces éléments. L’encre est noire ou colorée, l’artiste apporte une profondeur dans le dessin alors que le support papier est très léger.

Capture d’écran 2018-05-13 à 10.05.33.pngVictoire Cathalan, Constellation1, Origine 1, Songe 1, Eclat, 2016, huile sur toile,
chacune 100×65 © Victoire Cathalan

Pour ses derniers travaux, Victoire Cathalan travaille directement sur la toile brute. Ce sont des toiles de lin naturel ou coloré. “C’est une autre approche des couleurs, une autre approche de la peinture, du tissu. Cela donne une autre profondeur.” Autre support, autre technique : “sur la toile brute, il n’y a pas de préparation. Je peins debout. C’est un autre travail.”

Jungle House - copie.jpgVictoire Cathalan, Jungle House, 2017, huile sur toile, 150×150 © Victoire Cathalan

Through1 - copie-2Victoire Cathalan, Through 1, 2017, huile sur toile, 135×185 © Victoire Cathalan

Certaines toiles évoquent toujours la nature mais ont des inspirations plus urbaines.  “Dans la toile Graff, la végétation s’intègre à l’architecture. Un dialogue s’installe entre l’immeuble et le végétal. C’est un peu comme si la nature reprenait ses droits. La nature nous dépasse.”

graff.jpgVictoire Cathalan, Graff, 2017, huile sur toile, 130×81 © Victoire Cathalan

Dans les mois qui viennent, l’artiste a une actualité chargée. Courant mai, en off de la foire d’art contemporain ARCO à Lisbonne, Victoire Cathalan est exposée dans le cadre du collectif créé par la galerie HOMA. (@ homa_lisboa, 143, Rua de Salitre, 1250 Lisbon – du 17 au 27 mai 2018).

En septembre, trois expositions l’attendent: à Rio, lors de la foire internationale d’Art contemporain Art Rio, grâce à la galerie Espace L; à Genève, à la Cedart Gallery; et enfin à Paris, à la galerie Art Link.

Through - copie.jpgVictoire Cathalan, Through, 2017, huile sur toile, 300×150 © Victoire Cathalan

Retrouvez plus d’informations sur le site : Victoire Cathalan

Toute reproduction interdite
© www.arteez.ch 2018