Saison d’art 2021 au Domaine de Chaumont-sur-Loire

Le Domaine de Chaumont-sur-Loire va inaugurer sa saison d’art 2021 avec une quinzaine de nouveaux artistes contemporains

Chaque année, le Centre d’Arts et de Nature du Domaine de Chaumont-sur-Loire (France) invite des artistes de renommée internationale, plasticiens et photographes à dialoguer avec le paysage, l’histoire et l’architecture du Domaine en créant des œuvres originales. Le Domaine s’est ouvert à l’art contemporain en 2008, insufflant une énergie nouvelle à ce haut lieu patrimonial.

La Saison d’art 2021 devrait être inaugurée courant avril (dès que la situation sanitaire le permettra). Elle sera, comme à l’accoutumée, liée à la nature. Une quinzaine d’artistes contemporains présenteront dans les jardins et autres lieux atypiques du Domaine des créations inédites pour un parcours poétique et multi-sensoriel.

Parmi les oeuvres et installations à ne pas manquer, les visiteurs pourront découvrir « Direction of Consciousness », une création de l’artiste japonaise Chiharu Shiota. L’oeuvre est composée de délicats fils sombres et arachnéens qui parcoureront l’espace de la Galerie basse du Fenil.

Direction of Consciousness, installation de Chiharu Shiota pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2021
© Éric Sander

Comme l’explique l’artiste à propose de cette oeuvre : « Je pense aux similitudes entre la nature et le corps. Quand je marche dans le parc et que je regarde les arbres, ils ressemblent à des vaisseaux sanguins dans mon corps. Ou ça ressemble à un neurone de cellule nerveuse dans le cerveau. Les êtres humains sont la nature créée par cette terre. Mes lignes conçues peuvent également faire partie de la nature ? Ma conscience peut aussi faire partie de la nature ? Nous croyons en notre existence et pensons comme si nous avions créé la nature. Mais nous ne sommes qu’une partie de la nature. D’où vient cette conscience ? Et où va cette conscience quand les humains meurent et ce corps périt ? Dans quelle direction va notre conscience humaine ? L’herbe posée sur le sol pousse vers les cieux, et les demi-cercles tissés par les cordes noires sont comme les cellules nerveuses. » Chiharu Shiota

Autre artiste femme à l’honneur avec l’oeuvre « L’arbre à palabres » réalisée par Carole Solvay. L’installation qui accueillera les visiteurs dans l’Asinerie est un subtil mélange d’arborescences de fils et de plumes. Comme l’explique l’artiste : « L’Arbre à palabres est le fruit d’un processus créatif long et méditatif et dont le travail de sculpture s’est finalement réalisé in situ. Même si la recherche débute dans l’atelier, c’est véritablement en fonction de l’Asinerie que la sculpture a intuitivement pris forme jour après jour. Dans cette pièce la lumière est très belle et changeante et j’ai voulu faire une suspension aérienne et organique qui soit en proie aux rayons du soleil et aux courants d’air. C’est dans ces milliers de vibrations que L’Arbre à palabres s’anime et prend racine. »

L’arbre à palabres, installation de Carole Solvay pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2021
© Éric Sander

La balade se poursuivra avec la délicatesse chromatique des constellations de Sheila Hicks. L’artiste américaine utilise avec le fil, les fibres et leurs couleurs, comme un peintre use de ses pigments. Ses oeuvres décoreront les murs de l’Escalier d’honneur du Château.

« Les “satellites” accrochés aux parois de l’escalier d’honneur du Château sont comme des constellations d’un jardin interstellaire, interplanétaire. La blancheur de la pierre de tuffeau patinée par le temps permet un dialogue fécond avec les couleurs infinies des fibres. Ce qui m’a toujours inspirée, c’est le refus de la répétition, le souhait de ne jamais refaire ce que j’ai déjà créé. J’ai le désir d’être dans l’invention continuelle, et de créer à chaque fois quelque chose qui n’existe pas. » (Sheila Hicks, propos recueillis par Chantal Colleu-Dumond).

Installation de Sheila Hicks pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2021
© Éric Sander

Pour la première fois, le dessin fera son apparition à Chaumont-sur-Loire, dans les Galeries de la Cour Agnès Varda. Les nuages de François Réau nous plongeront dans la fragile beauté de notre univers. Dans son esthétique en noir et blanc, l’artiste porte la trace du passé, celle d’une maison d’enfance brûlée et d’un grand-père marchand de charbon.

« Quand on dessine, c’est une manière de comprendre les choses, de les cerner. On cerne quelque chose ou on en fait le tour et donc c’est aussi avec un trait que l’on entoure les choses. »

François Réau
Nuages, exposition de François Réau au Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2021
© Éric Sander

Ces dessins dialogueront avec la délicatesse des oeuvres de Min Jung-Yeon. La notion de réconciliation est à l’origine de l’installation de l’artiste coréenne qui réunit différents éléments et matériaux tout en préservant l’intégrité de chacun. L’installation présentée ici s’appuie sur le vécu de l’artiste et la réalité tragique d’une Corée scindée en deux depuis soixante-six ans.

Tissage, installation de Min Jung-Yeon pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2021
© Éric Sander

Autre instant suspendu avec l’artiste britannique Chris Drury, dont le Domaine possède un “Carbon pool”. Il s’agit d’une des installations pérennes qui se trouve aux Prés du Goualoup. Pour cette nouvelle saison d’art, il a créé une œuvre originale composée d’épines et de lichen, à découvrir dans la Grange aux Abeilles. Comme l’indique l’artiste: « Dans mon travail, j’ai utilisé plusieurs milliers de brindilles de prunellier incrustées de lichen que j’ai suspendues sur du fil de nylon. Les fils sont comme les hyphes et rejoignent la terre sombre de l’humus. L’œuvre, tout comme la forme du champignon, évoque une onde explosive. Éclairée par le dessous, elle ressemble à un nuage nucléaire – représentant la destruction aussi bien que la création. »

« Tous les éléments de ce travail sont ainsi liés à la propagation de la vie et à son contraire : la destruction. »

Chris Drury
Nuage d’épines et de lichen, installation de Chris Drury pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2021
© Éric Sander

Ces nouvelles créations se mêlent aux œuvres déjà présentes au Domaine de Chaumont-sur-Loire dont celles spécialement commandées par la Région Centre-Val de Loire. Parmi ces commandes triennales, les visiteurs pourront apprécier toute l’année les « Fleurs Fantômes » de Gabriel Orozco, l’oeuvre « Ailleurs, Ici » de Sarkis ou encore les cloches en bronze suspendues de l’artiste grec Jannis Kounellis.

Installation de Jannis Kounellis pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2008 – © S. Franzese

Saison d’art 2021
Domaine de Chaumont-sur-Loire

De avril à novembre 2021
www.domaine-chaumont.fr 

Toute reproduction interdite
© http://www.arteez.ch 2021