Ventes aux enchères : Mode d’emploi

Retrouvez toutes les informations utiles pour acheter ou vendre une oeuvre d’art aux enchères

Jean-Michel Basquiat’s Red Skull (1982) being sold at Christie’s “Post-War and Contemporary Art Evening Auction” in London. Image courtesy Christie’s.

Qu’est-ce qu’une vente aux enchères?

Une vente aux enchères est une vente au cours de laquelle les oeuvres d’art sont adjugées au plus offrant. Ces ventes sont dirigées par un commissaire-priseur et sont ouvertes à tous – simples curieux, passionnés ou fin connaisseurs. Tout le monde peut être vendeur, acheteur ou enchérisseur à la seule condition d’être majeur et solvable.

Vendre une oeuvre d’art

Les grandes maisons de ventes aux enchères proposent différents services aux propriétaires d’oeuvres d’art. Toute personne peut demander l’estimation d’un bien pour le vendre ou pour des questions d’assurance/succession. Généralement, ce service est gratuit et sans engagement. 

Les spécialistes de ces maisons se consultent et discutent du marché actuel de l’artiste en question. En prenant en compte les informations que le vendeur fournit lors de la demande – provenance, état de conservation, taille, médium, date de création, ainsi que les résultats des ventes passées (informations disponibles sur internet grâce a des sites comme Artnet ou encore Artprice), les spécialistes sont alors en mesure de proposer une estimation basse et une haute, une date et un lieu de vente.

Si le vendeur est satisfait de cette proposition de vente, il consigne l’oeuvre. Il se met d’accord avec la maison de vente sur un prix de réserve. Il s’agit du montant minimum auquel il accepte que l’œuvre soit vendue. Il est négociable et peut être modifié jusqu’au jour de la vente. Depuis la loi du 10 juillet 2000, le prix de réserve ne peut pas être supérieur à l’estimation basse donnée au public.

Lors de la vente, le commissaire-priseur choisit de débuter l’enchère en dessous de l’estimation basse ou au prix de réserve (si identique) afin de stimuler/attirer de potentiels acheteurs. Si l’enchère n’atteint pas le prix de réserve, l’oeuvre reste invendue (Bought In). Cette réserve est confidentielle et non-connue des potentiels acheteurs. 

Lors de la consignation d’une oeuvre, le vendeur peut aussi demander une garantie de vente de la maison de vente. Ce qui veut dire que quel que soit le résultat de l’enchère, le vendeur recevra le prix minimal auquel elle a été garantie. Si elle est invendue, la maison de vente devient propriétaire de l’oeuvre en versant le prix minimal au vendeur. Si elle est vendue plus bas que le prix minimum garanti, la maison de vente est contrainte de payer la différence. Par contre, si l’enchère dépasse le prix garanti, la maison de vente prendra un pourcentage de ce gain. 

Il se peut que certaines oeuvres soient garanties par des tiers (Third Party), la maison de vente partage alors les frais avec une personne extérieure. 

Photo courtesy of Sotheby’s

Acheter une oeuvre d’art

Toute personne intéressée pour acheter une oeuvre d’art, peut s’adresser aux maisons de vente. Elles proposent une grande variété de ventes (art, joaillerie, vins…) dont les plus connues sont celles d’Art Impressionniste et Moderne et celles d’Art d’Après-Guerre et Contemporain. Trois grandes maisons de ventes se partagent ce marché : Christie’s, Sotheby’s et Phillips. Elles ont un grand pouvoir médiatique qu’elles utilisent à l’occasion de ces ventes, en créant des expositions itinérantes et en publiant un catalogue de vente. Elles peuvent faire de certaines oeuvres de véritables ‘stars’.

Le potentiel acheteur doit s’inscrire afin de pouvoir enchérir. Il peut le faire en ligne avant la vente. Il enchérit soit de son côté par internet soit par téléphone. Il sera alors en contact direct avec un spécialiste présent dans la salle. Il peut aussi venir le jour même sur le lieu de vente pour simplement assister et/ou s’inscrire afin de participer directement dans la salle. 

Les ventes les plus importantes – Evening Sale – sont devenues des grands rendez-vous. Très courues des collectionneurs, businessmen et autres personnalités, il y en a généralement trois par an se déroulant souvent en parallèle de foires internationales (Frieze, Fiac, TEFAF…).

Lors de l’enchère, le commissaire-priseur prend en compte les différents systèmes disponibles. Les spécialistes au téléphone, les personnes avec un paddle présentes dans la salle (petite raquette numérotée que l’enchérisseur va lever afin que le commissaire-priseur puisse associer la vente du lot à son acheteur) ainsi que le Live – à ne pas confondre avec les ventes online. 

Une vente est dite Live lorsqu’elle est retransmise en direct depuis la salle des enchères. Cette technologie permet aux enchérisseurs qui ne peuvent se déplacer de suivre une vente depuis les quatre coins du monde avec une simple connexion internet. Ils peuvent ainsi y participer en temps réel comme les enchérisseurs en salle ou au téléphone. 

Le commissaire-priseur adjuge le lot au dernier enchérisseur en lice. Il s’agit alors du prix marteau auquel l’acheteur devra ajouter différentes commissions (taxes locales, TVA…), ce qui donne un nouveau prix le “buyer’s premium”. Ces commissions s’élèvent généralement de 10 à 25%. Plus le lot est cher plus le pourcentage des commissions diminue. Les informations relatives aux commissions sont accessibles sur les sites internet des maisons de ventes ou à la fin des catalogues des ventes. 

Vente Sotheby’s. Oeuvre de Yoshimoto Nara. Photo Kelvin Luk.

Réorganisation des maisons de ventes

Depuis quelques années, les maisons de ventes ont créé les ventes Online. Ce sont des ventes dématérialisées qui se passent uniquement sur internet sur une période d’une à deux semaines. Les enchères montent progressivement, l’acheteur qui remporte le lot est celui dont l’enchère est la plus haute au moment de la clôture de la vente.

Les maisons de ventes se concentrent de plus en plus sur le secteur porteur des ventes privées – ou ventes de gré à gré. Elles ont toujours existé mais prennent une place de plus en plus importante aujourd’hui. 

Le marché a beaucoup évolué ces dernières années et les frontières entre les galeries, les marchands et les maisons de ventes se sont pratiquement effacées. Les maisons de ventes deviennent des intermédiaires entre acheteurs et vendeurs, tel un courtier, assurant confidentialité et discrétion. De part leur position centrale, ultra connectée et internationale, elles ont une capacité d’atteindre rapidement un grand nombre de clients. Elles sont proactives et vont pouvoir trouver une oeuvre que recherche un client acheteur parmi les biens d’un potentiel client vendeur.

La transaction de gré à gré est de plus en plus demandée par certains acheteurs car ils ne souhaitent pas afficher publiquement quelles oeuvres ils achètent ni à quel prix. Par certains vendeurs aussi car elle diminue les risques de ‘griller’ les oeuvres sur le marché. Lors d’une vente publique, si l’oeuvre ne trouve pas preneur, il est compliqué de la vendre par la suite car elle apparaît alors indésirable.

* * *

Retrouvez les dates des prochaines ventes aux enchères d’oeuvres d’art en Suisse: Les ventes aux enchères en Suisse.

Toute reproduction interdite
© http://www.arteez.ch 2020