« We Live in an Ocean of Air », une expérience virtuelle de la photosynthèse

We Live in an Ocean of Air du collectif d’artistes Marshmallow Laser Feast (dirigé par Ersin Han Ersin, Barney Steel et Robin McNicholas, en collaboration avec Natan Sinigaglia et Mileece l’Anson) réunit les amateurs d’art, de science et de technologie

We Live in an Ocean of Air, Marshmallow Laser Feast, Saatchi Gallery, London. Images © Mike Jones 

Pendant 20 minutes, des figures en contre-jour explorent un espace délimité, devant un écran aux images colorées et en mouvement. Les corps s’entrechoquent parfois, d’autres s’expriment. Une femme dit par exemple : « I am in the tree! » (« Je suis dans l’arbre ! »). Le casque, les lunettes et le sac à dos portés par les silhouettes leur confèrent l’allure de quelqu’un qui s’adonne à la plongée sous-marine. Voilà ce à quoi ressemble une passive contemplation de l’installation. 

We Live in an Ocean of Air, Marshmallow Laser Feast, Saatchi Gallery, London. Images © Mike Jones 

A part les individus souffrant de troubles psychiatriques, tout le monde est invité à participer à la performance. Ceux qui manifestent des comportements violents en seront toutefois expulsés. L’expérience mobilise tous les sens, mais celui de la vue est le plus sollicité. Après quelques ajustements au niveau du matériel porté, le participant entend une voix qui lui demande de se relaxer, et d’inhaler et d’expirer calmement. Il voit alors son souffle sous la forme de bulles bleues transparentes et lumineuses et son « avatar », c’est-à-dire le système cardio-vasculaire rouge, transparent et lumineux de ses mains. Il voit encore des points et des filaments colorés à dominante jaune, orangée et bleue mobiles et qui mutent, ainsi qu’un sequoia géant en trois dimensions. Il veut les toucher, mais n’y parvient pas. Tous ces éléments perçus visuellement appartiennent à une réalité virtuelle. 

We Live in an Ocean of Air, Marshmallow Laser Feast, Saatchi Gallery, London. Images © Mike Jones 

Ils servent à rendre perceptible l’interconnexion invisible entre les humains et la nature à la base de leur existence. Dans l’une des plus anciennes forêts du monde, le participant est en effet témoin des échanges d’oxygène et de dioxyde de carbone opérés entre les humains et les végétaux au niveau de la photosynthèse, de la respiration et de la circulation sanguine. L’expérience fait prendre conscience que les humains dépendent de la nature, et qu’ils doivent la protéger afin d’assurer leur régénération. Des extinctions d’espèces causées par un déséquilibre entre l’oxygène et le dioxyde de carbone ont déjà eu lieu dix fois dans l’histoire de la terre. Actuellement, l’activité humaine produit trop de dioxyde de carbone, à l’origine du réchauffement climatique. Pas assez de démarches sont entreprises pour changer le mode de vie des individus, ce qui menace à long terme leur existence.

We Live in an Ocean of Air, Marshmallow Laser Feast, Saatchi Gallery, London. Images © Mike Jones 

Les sons entendus rendent compte d’une autre réalité que les sens du corps ne peuvent ordinairement percevoir mais qui néanmoins existe, à savoir, la communication entre les plantes. Tout comme les odeurs végétales diffusées par des appareils, ils sont cependant réels, à la différence des images virtuelles. Pour rendre compte des forces naturelles, le participant ressent parfois du vertige, parfois un flottement, comme s’il se trouvait au-dessus d’un vide ou dans de l’eau. Les sensations ressenties ne sont donc pas complètement étrangères, d’autant plus que les pieds touchent le sol et, lors de leur déplacement, le corps heurte parfois les autres membres du groupe.

We Live in an Ocean of Air, Marshmallow Laser Feast, Saatchi Gallery, London. Images © Mike Jones 

Le collectif d’artistes Marshmallow Laser Feast a d’autres projets en tête. Il prévoit par exemple de donner l’impression de rapetisser. L’effet, proche de celui ressenti lors d’hallucination, promet de faire découvrir des sensations jamais vécues dans la réalité quotidienne.

We Live in an Ocean of Air
Marshmallow Laser Feast
Saatchi Gallery
Londres
Jusqu’au 5 mai 2019

Toute reproduction interdite
© www.arteez.ch 2019