Yoshikawa ou la création céramique japonaise

Le céramiste japonais Masamichi Yoshikawa expose ses oeuvres céladon à l’Espace Muraille

Après avoir reçu des grands noms de la création contemporaine comme Sheila Hicks, Olafur Eliasson ou Michal Rovner, l’Espace Muraille de Genève nous offre une parenthèse méditative avec l’exposition « Sola Tobu Izumi » – que l’on peut traduire par « Printemps volant dans le ciel », de Masamichi Yoshikawa (*1946). L’artiste ne devrait pas être inconnu du public genevois puisqu’il avait bénéficié d’une exposition personnelle à la Fondation Baur en 2017.

L’exposition présente l’excellence de la céramique contemporaine. Le travail de Yoshikawa est le fruit d’une démarche spirituelle et poétique. L’artiste japonais est en quête de sens dans un monde en crise.

« A l’origine de la création céramique, on trouve la technologie, la science. Mais pour moi, l’essentiel, c’est la prière ».

Masamichi Yoshikawa

Contrairement à ce que l’on pourrait penser pour un artiste japonais, Yoshikawa n’a pas suivi un parcours ordinaire. Alors que la céramique s’apprend traditionnellement auprès d’un maître, le jeune artiste a choisi de commencer par étudier le Design à la Japanese Design Academy de Tokyo. Après avoir découvert la céramique, il part s’installer à Tokoname, dans la province d’Aichi, ville qui abrite l’un des six fours historiques du Japon. C’est dans ce haut lieu de la culture nippone, connu pour son argile que Yoshikawa se consacre à la porcelaine. Il rejoint, dans un premier temps, l’atelier de design Sugei Junpe puis crée son propre studio en 1975.

Sa carrière internationale débute en 1972 quand il remporte le Grand Prix de la 3ème Biennale Internationale de Vallauris – Création contemporaine et Céramique.

Yoshikawa utilise les techniques céramiques caractéristiques de l’Asie mais s’est surtout fait connaître en utilisant les émaux céladon bleu et blanc sur des formes initialement inspirées par l’architecture vernaculaire paysanne.

Vue d’une pièce de Masamichi Yoshikawa présentée à l’occasion de l’exposition « Sola Tobu Izumi » à l’Espace Muraille, Genève 2019 © Arteez

Le visiteur de l’Espace Muraille est accueilli dans une première salle où sont exposées des oeuvres qui allient la céramique au verre. L’inventeur des architectures de porcelaine nous propose ici des vasques, délicatement posées sur du verre et démontre ainsi toute la délicatesse et la fragilité de ces deux médiums.

Vue de l’exposition Masamichi Yoshikawa, « Sola Tobu Izumi », Espace Muraille, Genève 2019 © Arteez

Dans les autres salles, de plus petites pièces, plus accessibles, ont trouvé preneur depuis le début de l’exposition à en croire les points rouges qui les accompagnent au point que l’Espace Muraille devrait en recevoir de nouvelles.

Vue de l’exposition Masamichi Yoshikawa, « Sola Tobu Izumi », Espace Muraille, Genève 2019 © Arteez

Enfin, la dernière salle propose des oeuvres de plus grande taille dans une atmosphère feutrée mettant en lumière ces magnifiques sphères qui invitent le visiteur à la méditation.

Vue de l’exposition Masamichi Yoshikawa, « Sola Tobu Izumi », Espace Muraille, Genève 2019 © Arteez

L’exposition Masamichi Yoshikawa « Solo Tobu Izumi » est à voir jusqu’au 23 novembre 2019.

Masamichi Yoshikawa
Sola Tobu Izumi
Espace Muraille
Genève

Toute reproduction interdite
© www.arteez.ch 2019